L’Observatoire de l’Outaouais – OUI… et encore plus!

C’est à titre personnel, mais aussi par intérêt professionnel que j’ai pris part  à la journée de réflexion sur l’Observatoire de l’Outaouais (ODO), le vendredi 17 février. Pour les gens qui se demandent « qu’est-ce que ça donne », il faut jeter un coup d’œil sur la section Statistiques du  site Web de l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue: http://www.observat.qc.ca. C’est fabuleux!

L’Observatoire répondra à un besoin évident en terme de collecte, de compilation, de standardisation et de vulgarisation des données disponibles auprès des diverses instances sur le territoire, afin d’en dresser le portrait le plus actuel possible. Ces données aideront les décideurs dans la création de nouveaux programmes, de nouveaux services et de nouvelles infrastructures, notamment.

Pour ma part, je souhaiterais que l’Observatoire puisse faire plus, non seulement en compilant, mais en générant des données. En faisant des corrélations entre les données et en produisant des analyses. En comparant notre région avec d’autres pour en déterminer les forces et les faiblesses et en détectant les grandes tendances, par exemple. Ce service pourrait se déployer graduellement, en impliquant des chercheurs et des étudiants du Département des sciences administratives de l’UQO au projet, en complément à ceux des sciences sociales. Des professeurs et des étudiants en finance, en marketing, en comptabilité, en économie, au MBA, etc.

Pour intéresser les organismes parapublics et la communauté d’affaires à investir dans l’Observatoire, il est essentiel de leur offrir un produit dont ils ont besoin. Or, un besoin de base pour toute organisation en devenir ou en développement, qu’elle soit établie en milieu urbain ou rural, est l’accès à des données actuelles et crédibles. Au lieu de payer des consultants à fort prix pour des compilations et analyses de données, l’Observatoire pourrait éventuellement accompagner les entreprises et même offrir ces services à moindre cout, et rendre ensuite ces données accessibles pour tous. Ce service aux entreprises permettrait d’alimenter la base de données, tout en procurant une source de revenus autonomes pour l’Observatoire.

Vendredi, l’Outaouais était convoquée afin de réfléchir collectivement sur l’ODO, sur la structure de gouvernance, la veille et le transfert des connaissances. J’ai vu des étincelles dans les yeux de représentants gouvernementaux, d’organismes sociaux, d’organismes communautaires, d’élus et de fonctionnaires municipaux, de professeurs et de dirigeants de la communauté d’affaires. C’est un projet rassembleur, qui met en lien les chercheurs et les décideurs, la théorie et la pratique, et qui viendrait ancrer davantage l’UQO dans la communauté. Et c’est un monde de possibilités qui s’ouvre pour notre région.

Bravo à l’UQO, notre université dynamique et à échelle humaine, merci au comité organisateur et au Centre de recherche en développement territorial pour l’organisation de cette journée de réflexion, et longue vie à l’Observatoire de l’Outaouais.

Développement, Outaouais, Recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2018, tous droits réservés. Design et web : InnovaCom Marketing et Communication

Pin It on Pinterest